Accueil > Brocante (archives & rires) > Mai 68 n’est plus possible !… [humour]

Mai 68 n’est plus possible !… [humour]

vendredi 24 avril 2009, par Jean-Louis Cloët



*
« En mai, fais ce qu’il te plaît » ?… Allons ! C’est du passé, tout ça…

*
Mai 68 n’est plus possible ! Le cocktail Molotov avec le baril à cent dollars est en effet devenu hors de prix. Il faudrait tester pour savoir si le cocktail écolo à l’essence bio fonctionne. [Député européen « écolo », Daniel Cohn-Bendit devrait bientôt tester, dit-on, le cocktail Molotov bio.]

*
Plus de pavés !… Sous l’asphalte, « les pavés » !… Quant à « la plage », elle est fournie sur un plateau chaque année avec l’opération « Paris Plage ». [Les mauvaises langues disent qu’on importe à présent le sable — pour raison de Raison d’État et d’Alliance Commerciale — des Émirats Arabes Unis.]

*
« Jouissons sans entraves ! » Cela se fait aujourd’hui dans les rues, avec par exemple « La Gay Pride », bientôt les autres minorités pourront s’exprimer librement — « il est interdit d’interdire » — : sont bientôt prévues « La Pissadouphile Pride » [organisée par l’amicale des collectionneurs de pots de chambre], « La Zoophile Pride », « La Coprophage Pride »… etc., etc., etc. « L’Égalité », « La Liberté » sont en progrès constant. [Pour « La Fraternité », c’est plus complexe : on verra plus tard.][Chacun fait son lit comme il se couche, c’est sûr !… mais est-ce que les hétéros se balladent dans les rues en tappant sur des tambours en soufflant dans des mirlitons érectiles pour agiter leurs petites culottes, leurs soutiens-gorge et leur capotes ? M’enfin !]

*
Mai 68 n’est plus possible aujourd’hui !… Après quarante ans de libéralisme décérébrant, d’Éducation Nationale rousseauisante et roussie, de culture de masse de matraquage pratiquant le nivellement par la base comme une ascèse, le niveau culturel et intellectuel des étudiants est devenu tel qu’ils pourraient à peine déchiffrer les tracts, et encore moins les écrire.

*
À Vincennes, il n’y a plus que le Zoo, le bassin des phoques et des ours polaires, qui puisse offrir un territoire d’expériences de libération sexuelle en amphithéâtre pour la plus grande gloire de Marcuse et de ses prosélytes… ou de ses proxénètes… [je ne sais plus bien comment on dit].

*
Mai 68 n’est plus possible, parce qu’« On » croirait — entendez par « On » les « bobos » — en voyant des manifestants, qu’il s’agit des Huns des banlieues qui débarquent, et ils seraient alors les premiers à appeler les flics pour défendre leur patrimoine.

*
Mai 68 n’est plus qu’un « mais », de plus en plus hypothétique : c’est là le hic !…

*
Mai 68 n’est plus possible, parce que les jeunes ne sont plus politisés, ils sont accros à leurs petits conforts, petites manies, prêt à marcher sur la tronche de tous ceux qui les entourent pour « réussir », pour percer, pour devenir « une star » sans se fatiguer si possible. La société n’est plus pour eux qu’une gigantesque « Star Académie », où c’est le plus pourri qui gagne.

*
Mai 68 n’est plus possible, le grand monôme étudiant d’étudiants nantis n’est plus possible, non, aujourd’hui, il n’y en a plus guère. À présent, ce qui est devant nous à portée d’Histoire, c’est la réalisation spontanée du rêve de Trotsky, la Révolution Internationale spontanée, qui peut éclater d’un moment à l’autre.

*
Mai 68 n’est plus possible au quartier latin devenu trop chic : les flics caillassés et les éventuels derniers cocktails Molotov à l’ancienne, lancés, il faut désormais les chercher en banlieue des grandes métropoles, dans les espaces de non-droit, où flics et pompiers n’osent plus guère s’aventurer que sur ordre, contraints et forcés.

[L’ensemble date de la première semaine de décembre 2007]