Accueil > Voix (poèmes) > Petite Suite de l’incarnation

Petite Suite de l’incarnation

mercredi 26 novembre 2008, par Jean-Louis Cloët


La Voix :



Inaltérable dans le juste, inaliénable dans l’émoi, inavouable : la voix, la voix qu’on cache, et, que d’aucuns perçoivent parfois, débusquant parfois au "dé-jour" d’une phrase comme un débours, au débuché d’un mot, comme un écho — mais d’où vient-il ? — comme de si loin, de si haut, qu’on ne sait s’il est encore assez tôt alors pour l’atteindre.

Inaltérable dans la voix, inaliénable dans l’émoi : inavouable.

*

Le Corps :


Faire corps, c’est faire tache ; et la tâche s’exerce à l’ombre, mais sans y parvenir toujours.

Faire corps, c’est faire court et rêver pourtant au long cours par l’autre corps qui noua attache.

— Qui ne voudrait être embarqué ?…

*

X

[Extrait de Le Livre des rencontres, 1999-2000]