Accueil > Voix (poèmes) > Aimer l’autre

Aimer l’autre

jeudi 5 juin 2008, par Jean-Louis Cloët


Aucun être ne s’appartient.
Aucun être ne peut se donner,
ne se donne.
Personne ne possède personne.

On se traverse tout au plus
pour tenter de s’atteindre, de se rejoindre,
de se frôler un peu l’être,
de se caresser l’âme, l’âme inaccessible ici-bas,
ici, en cette vie, de communier au Mystère…

Personne ne possède personne, non.
Le corps est « le tabernacle de l’Esprit Saint » :
chaque corps est « le tabernacle » d’un Mystère inaccessible.

Aucun être ne s’appartient.
On ne s’atteint qu’en Dieu, qu’en Allah,
qu’au travers d’Allah.
Le corps n’est qu’une porte, qu’un corridor que l’on traverse
pour aller au-delà du corps pour tenter de se rencontrer
l’un l’autre.

Aimer l’autre, c’est renoncer à jamais à le « posséder »,
même en le serrant dans ses bras,
même s’il ouvre la porte,
même s’il vous laisse traverser le corridor pour marcher à sa rencontre,
à la rencontre du Grand Autre qui l’habite, qui le traverse,
qui est en lui chez soi, chez Lui.

Aimer l’autre, c’est accepter cette évidence, oui :
personne ne possède jamais personne,
l’être ne se donne jamais : il ne le peut…
tout au plus se prête-t-il,
s’ouvre-t-il par amour
pour nous permettre de rencontrer Dieu,
Allah, en lui…

[22 / V / 08]