Accueil > Voix (poèmes) > Ceux qui veillent

Ceux qui veillent

vendredi 29 février 2008, par Jean-Louis Cloët


Dans les yeux les plus beaux,
il y a des yeux qui veillent,
des yeux morts à jamais éteints,
qui vous regardent,
plus qu’humains…

Dans les sourires les plus beaux,
il y a des bouches passées
que la Mort a fermées,
que la Mort a fanées
et qui sourient encore,
qui rient,
qui accueillent encore.

Dans les voix les plus chères,
dans les voix les plus chaudes,
il y a d’autres voix :
des voix de jadis,
des voix mortes,
qui, tout bas, vous rassurent…
qui, tout bas, vous confortent…
qui, tout bas, vous disent :
— Cadeau…

Quand on enlace un être aimé
ou quand on découvre un ami,
c’est tout un peuple qu’on enlace,
ou qu’on rencontre…
c’est un passé qui vous embrasse
et vous lance vers l’avenir.

[29 / II / 08]