Accueil > Voix (poèmes) > Les Roses

Les Roses

jeudi 21 février 2008, par Jean-Louis Cloët


Les philosophes, les religieux, les politiques de tous pays,
et les idéologues, qui veulent manipuler les masses à leur profit
en les plongeant
dans la béatitude illusoire
ou le désespoir le plus noir,
nous disent :
qu’« elle est une vallée de larmes »,
ou bien « une vallée de roses »…

Elle n’est pour eux, à les croire,
que « l’Enfer » ou « le Paradis ».

— Ils mentent tous !

Où que l’on vive sur la terre,
elle est les deux en même temps.
Nul n’a pu dissocier l’un l’autre :
de « l’Enfer » ou du « Paradis »,
il faut bien s’arranger des deux :
ils sont toujours mêlés ensemble…

Et ce n’est pas un drame !

La vie n’est ni noire, ni rose :
la vie est une vallée de roses
que l’on nourrit avec nos larmes.
Et qui a souffert et survit,
entre tous,
est le plus fleuri.

[21 / II / 08]