Accueil > Voix (poèmes) > Les Houris d’Allah

Les Houris d’Allah

jeudi 14 février 2008, par Jean-Louis Cloët

Les Houris du Paradis d’Allah vivent déjà sur cette terre :
ce sont les femmes aimées.

« Ni tout à fait pareille, ni tout à fait une autre, » toute femme aimée renaît vierge chaque jour, et nouvelle… et chaque jour est à reconquérir, éternelle Fiancée.

La femme est séduite par l’âme.
Si l’homme est séduit par le corps,
il n’y a que dans l’amour que
l’âme et le corps se rejoignent.

La femme se voit dans le présent,
l’homme se vit dans l’avenir… :
il n’y a que dans l’amour
que l’Éternité s’atteint.

La femme a besoin de rêve,
l’homme, lui, cherche l’ivresse :
il n’y a que dans l’amour
qu’ivresse et rêve ne font qu’un.

Une femme est toujours vierge
pourvu qu’elle soit aimée.
La femme n’a pas de passé :
elle renaît chaque jour.

[14 / II / 08]