Accueil > Voix (poèmes) > S’il est un Dieu

S’il est un Dieu

jeudi 7 février 2008, par Jean-Louis Cloët

S’il est un Dieu, c’est un Dieu de toute Bonté qui pardonne…
sinon — certes, oh ! non !… — il n’est pas !

S’il est un Dieu, c’est un Dieu qui laisse toute liberté à l’homme, parce qu’il est la Vérité et qu’elle s’exerce dans le choix.

S’il est un Dieu, nous sommes libres !
Et, il n’est qu’une liberté : celle d’aimer
ou n’aimer pas, celle de créer ou détruire.

S’il est un Dieu, il n’est pas « Juge »
mais Arbitre…

S’il est un Dieu,
chacun, lorsque nous mourrons

— tous, puisqu’il nous fit « à son image », —
nous comparaîtrons devant notre image : cet enfant que l’on a été.

S’il est un Dieu, il est un Dieu enfant.
Il ne saurait être autre.

S’il est un Dieu, il ne nous posera qu’une seule question alors :

— Qu’as-tu fait de mes rêves ?

…Alors, les enfants qui se sont reniés, les enfants qui se sont trahis, se sont mutilés de leurs rêves, seront rejetés dans « les Ténèbres de l’Extérieur » à jamais :
celles du manque d’amour,
celles du manque de confiance,
celles du doute et du compromis, du cynisme…

Et, les autres, les enfants mûris,
entreront dans « La Lumière »…

— L’Enfer ?
C’est d’être au paradis, et de n’avoir pas les ressources d’amour et de sagesse nécessaires pour y être heureux.

Nous allons tous « au Paradis ».

[6-7 / II / 08]